Le COVID 19 n’empêchera pas l’éducation

On compte 2,5 millions d’élèves en Israël dont 350 000 qui ne possèdent pas d’ordinateurs. Comment permettre aux jeunes d’étudier alors que la pandémie sévit ? Le FSJU Israël tente d’apporter une réponse à cette équation difficile…

Mars 2020 : les écoles ferment. Le système éducatif bascule dans un nouveau millénaire. Celui de l’enseignement à distance. Personne n’est
vraiment prêt ni formé pour faire face à cette révolution qui propulse l’ordinateur au rang de maître de cérémonie. Encore moins les populations défavorisées. Dans la périphérie, où l’on a déjà du mal à boucler les fins de mois, l’achat d’un ordinateur est toujours remis aux calendes grecques… Le problème c’est qu’aujourd’hui s’il n’y a pas d’ordinateur il n’y a pas d’école. Confinement général, puis régional, enseignement en « capsule », absences répétées du personnel enseignant touché par le COVID, l’année scolaire se fera par Zoom. Sauf pour les 350 000 enfants issus de foyer défavorisés.
Une situation inacceptable pour le FSJU Israël, même si le gouvernement a l’intention de financer 140 000 ordinateurs. « À la suite d’échanges avec les pouvoirs publics, les associations de terrain, et une réunion avec la conseillère parlementaire du président de la commission éducation de la Knesset (Plan Galant, ministre de l’Éducation), nous avons compris que des milliers d’enfants n’auraient pas accès au savoir et à l’éducation pendant la pandémie » explique la directrice de l’association FSJU Israël, Myriam Fedida. Selon les données actuelles, les zones périphériques seront les plus touchées avec un ordinateur pour 150 enfants, contre les zones plus centrales dans lesquelles on enregistre un ordinateur pour 4 enfants. Avec le soutien des donateurs, le FSJU Israël a donc initié ce programme d’urgence pour qu’en cette période de deuxième vague du Coronavirus et de confinement complet, l’éducation et l’enseignement soient accessibles à tous les jeunes. « Grâce à la mobilisation de tous, nous espérons pouvoir acquérir plusieurs milliers d’ordinateurs pour les enfants de Sderot, Netivot et d’autres régions défavorisées du pays. Laisser les populations les plus fragiles livrées à elles-mêmes pourrait inciter des centaines d’enfants à « décrocher » du système éducatif, ce que nous ne pouvons accepter. Il faut réagir de toute urgence ! ».

Vous aimez cet article ? Partagez-le.

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest